Biodiversité

Importance des abeilles

La pollinisation par les quelques 1'000 espèces d'abeilles d'Europe centrale n'a pas changé jusqu'à aujourd'hui :

La majorité des plantes à fleurs dépendent de la pollinisation par les insectes et environ 80% du travail de pollinisation est effectué par les abeilles. Les abeilles mellifères sont les insectes pollinisateurs les plus efficaces en raison de leur assiduité. D'autre part, certaines plantes ont besoin d'espèces d'abeilles sauvages spécifiques et inversement. De plus, une abeille sauvage pollinise souvent plus de fleurs par jour qu'une abeille mellifère. Pour que la pollinisation fonctionne, elle nécessite toute une palette d'«acteurs». Comme les abeilles pollinisent les plantes sauvages, elles assurent ainsi la conservation de nombreux biotopes naturels et des espèces animales qui y vivent. Il existe par ailleurs plusieurs autres phénomènes importants et utiles. Par exemple, la qualité des graines augmente lorsque les fleurs sont pollinisées par les abeilles.

En bref, non seulement nous, les humains, dépendons de la pollinisation par toutes les abeilles, mais également de nombreuses espèces de plantes.

 

Divers problèmes pour les abeilles

Le nombre d'abeilles sauvages diminue constamment. Un facteur important est la difficulté croissante de trouver des sites de nidification. Le nombre de colonies d'abeilles mellifères diminue également, car il y a de moins en moins d'apiculteurs. Ces deux chiffres se sont cependant stabilisés ces dernières années. Il n'y a pas fondamentalement trop peu d'abeilles, mais plutôt un manque en ressources alimentaires. Cela peut paraître contradictoire – mais expliquons-le :

  • Au printemps, l'offre en nourriture est plus que suffisante pour tous les pollinisateurs – la floraison est abondante dans les forêts, les champs et les jardins. En été, on parle en revanche de «désert vert» : de nombreuses fleurs sauvages sont fauchées et les champs sont fanés ou font place à d'autres cultures qui ne sont pas intéressantes pour les pollinisateurs. Ce n'est que si l'offre en fleurs est suffisante que les abeilles sauvages et mellifères disposent de ressources alimentaires suffisantes pour un développement optimal : toutes les espèces d'abeilles ont besoin de sources de glucides (nectar) pour leur énergie et de protéines (pollen) pour leurs larves. Dans l'agriculture intensive, mais aussi dans les jardins dits modernes, les plantes sauvages ont de plus en plus de mal à trouver leur habitat. Cela a pour conséquence que les abeilles mellifères et sauvages sont affaiblies ou stressées par le manque de nourriture et qu'elles ne peuvent plus se reproduire.
  • Les abeilles sauvages ne trouvent souvent plus d'aires de nidifications dans les jardins «rangés», leurs habitats y sont menacés : le bois mort est déblayé et les zones rudérales inutilisées et ensoleillées sont aujourd'hui rares. Savez-vous que plus de la moitié des espèces d'abeilles sauvages font leur nid dans le sol ? La proportion d'abeilles sauvages en voie de disparition est ici infiniment plus élevée que parmi les espèces qui bénéficient d'un hôtel pour abeilles sauvages !
  • Dans l'agriculture et lors d'activités de loisirs, les parcelles et jardins sont chéris et entretenus. Et cela signifie souvent que les mauvaises herbes ne peuvent pas pousser. Ou que le fruit doit être impeccable. Lors de pulvérisation de pesticides, on oublie le bien-être des abeilles et l'impact sur la vie des auxiliaires est méconnu.

Comment puis-je contribuer ?

Si vous avez un jardin, il y a beaucoup de possibilités pour le rendre agréable aux abeilles : une prairie fleurie au lieu d'une pelouse verte et monotone, des arbustes indigènes, des massifs de fleurs avec des mélanges de fleurs indigènes qui offrent aux abeilles pollen et nectar durant toute l'année. Les abeilles ne sont d'ailleurs pas les seules à s'en réjouirent, mais aussi les papillons, les coléoptères et bien d'autres insectes. Une surface fleurie est aussi un bienfait pour l'œil.

Vous préférez une pelouse ? Ce n'est pas un problème ! Réservez une bande pour les fleurs des prés ! Dans ce cas, l'idéal est de ne couper ces fleurs qu'une à deux fois par an.

Si vous n'avez pas de jardin, vous pouvez fleurir votre balcon ou vos bords de fenêtre. Vous pouvez également influencer la plantation d'espaces publiques tels que les écoles, les berges de cours d'eau ou les bords de routes. Il suffit souvent de peu pour que des fleurs ou des arbustes de valeur poussent également sur ces surfaces. Les toits plats offrent un potentiel largement inexploité, et deviennent un paradis pour les fleurs par leur végétalisation.

Actuellement, vous avez aussi la possibilité de soumettre votre projet d’offre en ressources alimentaires pour les insectes à la mission B   de la RTS : le but de l’action mission B est d’augmenter la surface des zones riches en plantes indigènes pour les insectes et les animaux sauvages.

Actions de la SAR

La Société Romande d'Apiculture est activement engagée dans différentes activités pour promouvoir une plus grande biodiversité.

  • Formation continue et perfectionnement des apiculteurs cadres qui, à leur tour, transmettent ces connaissances à la base.
  • Soutien aux apiculteurs et à la population en général par le biais de services tels que conférences, initiation à l'apiculture, cours pour enfants ou ce site internet.
  • Echanges actifs avec de nombreuses organisations. La SAR soutient les actions de Mission B  et propose des activités via ses membres : Manifestations organisées dans le cadre de la journée mondiale des pollinisateurs : détails 
  • Autres manifestations sur la plate-forme https://insektenretten.ch/fr/ 
  • Conférence : Biodiversité en Suisse - un résumé, donnée le 15 juin 2019 par Marylaure de La Harpe