Commission d'élevage de la Société Romande d'Apiculture

Cahier des charges du chef technique de la Commission d'Élevage SAR
(CE SAR)

1. Veiller à ce que les moniteurs éleveurs SAR reçoivent la formation technique et scientifique correspondant aux besoins de leur charge. Ceci comprend :

Suivre l'évolution des connaissances scientifiques sur tous les sujets touchant l'élevage de reines et plus particulièrement sur :

- La biologie de l'élevage des reines

- La biologie de l'accouplement

- Les méthodes de sélection

- Les techniques d'élevage

- La conduite des stations de fécondation

- L'insémination artificielle

1.2. Apporter dans les cours de cadres de la CE SAR, les éléments nécessaires pour organiser la formation des moniteurs lors des cours de base et des cours de perfectionnement annuels théoriques et pratiques

1.3. Diriger ces cours et y présenter personnellement des exposés et démonstrations, en faisant appel si nécessaire à d'autres intervenants

1.4. Créer et fournir aux participants des documents supports de cours

1.5. Conseiller les moniteurs dans le choix du matériel génétique qui sera mis à disposition des apiculteurs lors des cours d'élevage; en particulier les aider à éviter la consanguinité;

1.6. Conseiller les groupes responsables de stations de fécondation.

2. Gérer la tenue des registres, du contrôle de pureté et des stations de fécondation.

Ainsi fait à Lausanne le 16 mars 1996

Le président SAR : Paul Girod / Le responsable de la vulgarisation SAR Fernand Métrailler / Le responsable technique : Charles Maquelin

RÈGLEMENT DU GROUPEMENT DES MONITEURS-ÉLEVEURS ET DE LA COMMISSION D'ÉLEVAGE

Définition

En collaboration avec la section api­cole de Liebefeld s'est formé, en 1962,un groupe d'éleveurs de reines, sous le nom de «Groupement des moniteurs éleveurs SAR» (ci-après ME SAR). Son organe dirigeant porte le nom de « Commission d'élevage SAR» (ci-après CE SAR).

But

Son but est l'amélioration de l'apiculture par la sélection, l'élevage et la diffusion de reines de race pure, ainsi que la vulgarisation de méthodes de sélection reposant sur une base scientifique.

Organisation générale

Les moniteurs éleveurs (ME) sont recrutés au sein des fédérations selon les besoins et les régions. Ils sont nommés par la CE sur proposition des fédéra­tions cantonales et ratifiés par le CC SAR. L'âge limite est fixé à 70 ans. Les ME de chaque fédération forment un groupe cantonal qui désigne son propre chef ME; ce dernier siège d'office à la CE. L'ensemble des ME SAR sont réu­nis une fois par année, sur convocation de la CE, pour suivre un cours de per­fectionnement. A cette occasion sont traitées également des questions admi­nistratives et statutaires. Le président, le représentant du CC SAR, le chef techni­que et le caissier peuvent faire un bref rapport.

Composition de la CE

La commission d'élevage comprend:

a) Un membre du CC SAR, désigné par celui-ci, assurant la liaison entre le groupement et les organes dirigeants de la SAR;

b) Le chef technique, personne spécialisée dans les questions de génétique et de sélection, si possible collaborateur de la section apicole de Liebefeld ; il est désigné d'entente entre la direction de la SAR, la CE et le CC;

c) Les chefs ME de chaque fédération.

Le président et le caissier sont choisis parmi ses membres et nommés par l'assemblée des ME SAR pour trois ans. Ils sont rééligibles.

Organisation de la CE

Mis à part la présidence et la direction technique, la CE répartit en son sein les tâches administratives qui lui incombent selon les possibilités et les besoins.

La CE se réunit au moins deux fois par an, sur convocation du président; l'ordre du jour est établi conjointement par le président et le chef technique en tenant compte des propositions faites par les chefs de groupes. Lors de votes, chaque membre présent a une voix; en cas d'égalité, le président tranche ou, décide du renvoi de la décision.

Les chefs de stations peuvent participer aux délibérations avec voix consul­tative, sur demande du président ou du chef technique.

Compétences de la CE

La CE est garante des principes de base régissant le travail du groupement (système d'élevage en race pure, choix de la race).

Elle officialise les stations de féconda­tion reconnues valables par le chef technique et ratifie les statuts établis par leurs promoteurs pour régler leur utili­sation. Elle nomme les responsables de station A, sur proposition de la fédération concernée.

Elle fixe le cahier des charges du ME SAR, en tenant compte des exigences des administrations cantonales et fédérales. Elle organise les cours de forma­tion et de perfectionnement pour ME. Elle prend connaissance des rapports d'activité des chefs de groupes et de sta­tions. Sur proposition d'un chef de groupe ou de station, elle peut prendre des sanctions envers un ME fautif.

Elle tient à jour le registre des reines. Sur proposition du chef technique, elle répartit entre les groupes des tâches pra­tiques d'élevage ou de sélection d'intérêt général pour le groupement.

Elle participe par une délégation au règlement de cas de maladie épizootique des abeilles qui mettraient en cause une des stations reconnues.

Compétences du chef technique

Il est responsable de l'enseignement technique et scientifique donné aux ME. Il contrôle scientifiquement la pureté de race des reines sélectionnées et définit les exigences posées aux reines servant à la reproduction (reines primées). Il analyse les données du registre des rei­nes pour choisir les lignées de mâles des stations de fécondation. Il planifie les élevages nécessaires à la conservation des anciennes lignées ou au testage de nouvelles, ainsi qu'à la production de ruches à mâles.

Compétences du président de la CE

Il préside l'assemblée des moniteurs éleveurs SAR. Il coordonne les travaux de la CE, conduit les délibérations et veille à ce que chaque titulaire d'une charge fasse son rapport en temps voulu. Avec le membre du Comité central, il assure la liaison avec la SAR.

Compétences du chef ME

Il organise le travail de son groupe selon les consignes du cahier des charges de ME et les décisions de la CE ou du chef technique. Il veille à ce que les nou­veaux ME reçoivent une formation adé­quate et qu'ils puissent pourvoir au plus vite leur rucher de reines sélectionnées. Il supervise le respect des statuts des sta­tions de fécondation sises sur le territoire de son groupe et assure la liaison entre leurs responsables et la CE ou le chef technique. Il fait un rapport à la CE sur l'activité de son groupe. Il est l'interprète des revendications ou pro­positions élaborées par son groupe.

Stations de fécondation

Les stations de fécondation ont été créées par des groupes d'éleveurs de composition diverse. La CE peut recon­naître comme stations officielles du groupement des ME SAR celles qui remplissent les conditions suivantes:

- Avoir été reconnue valable par le chef technique;

-Être pourvue de mâles selon les directives du chef technique;

- Être dotée de statuts ratifiés par la CE;

-Être ouverte à tous les ME SAR et aux membres éleveurs SAR

.

Les stations particulièrement sûres et réservées à l'usage exclusif des ME sont classées comme des «stations A»; les autres sont des « stations B ».

Finances

Devenant un dicastère de la SAR à part entière par la dotation de ce règlement, le financement du groupement des ME se fera d'entente entre les responsables de la CE et le Comité central SAR.

Modification du règlement

Toute modification du présent règlement fera l'objet d'une décision de L'AD.

Ainsi fait et adopté par l'assemblée des délégués

Lausanne 17 mars 1984

Le Président André Fournier

CAHIER DES CHARGES DU MONITEUR-ÉLEVEUR

1. Le ME s'engage à suivre les directi­ves de la CE, en particulier à ne pas importer de reines, à n'élever que des reines de race pure, à partir de lignées reconnues, à suivre les cours de formation et de perfectionnement qui lui sont offerts et à fonctionner comme moniteur d'élevage dans les sociétés d'apiculture.

2. Il doit peupler son rucher de reines élevées sur du couvain de reines primées (ayant obtenu plus de 90 points et 8 points au contrôle morphologi­que) et fécondées dans une station A ou B du groupement

3. Il doit participer à l'effort commun de sélection en prenant des notes sur la santé, la douceur et le rendement de ses colonies, en fournissant des échantillons pour les mesures morphologiques, et en faisant pointer ses meilleures colonies.

4. Il doit contribuer à remplir les tâches confiées à son groupe par la CE ou le chef technique.

5. Il doit se mettre à la disposition des apiculteurs qui désirent être aidés ou dirigés dans leur activité d'élevage; il organise des cours d'élevage et four­nit du couvain de reines primées à tout membre de la SAR qui en fait la demande. Il peut fixer lui-même les modalités du prélèvement de couvain.)

6. Il doit se soumettre strictement aux statuts des stations de fécondation qu'il utilise; de plus il est responsable du fait que les apiculteurs éleveurs qui travaillent sous son contrôle fassent de même (tout particulièrement en ce qui concerne le filtrage des abeilles et le contrôle sanitaire).

7. Il doit remplir les conditions requises pour l'obtention des subsides fédéraux, soit donner un cours d'élevage tous les trois ans au moins.

8. Il doit remplir le questionnaire et le remettre au chef technique pour la fin de l'année.

 

Le responsable de la CE-SAR : R. Biselx / Le chef technique : C. Maquelin

SOCIETE ROMANDE D'APICULTURE

Cahier des charges des conseillers en apiculture
du 15 août 1966 état au ter décembre 1998

Les organes apicoles désignés par l'Office fédérale de l'agriculture de DEP organisent le service de vulgarisation en matière d'apiculture. Ils se conforment aux directives du21 juin 1997 concernant le service de vulgarisation en matière d'apiculture et travaillent en collaboration avec la Section apicole de la Station fédérale d'industrie laitière de Liebefeld (appelée par la suite : Section apicole), et de la SAR. La vulgarisation incombe à des conseillers devant répondre aux prescriptions suivantes :

1. Conditions posées à l'activité des conseillers en apiculture

Les candidats doivent posséder de solides connaissances en apiculture, établir les contacts avec les apiculteurs, savoir transmettre les connaissances, avoir l'esprit ouvert et être en mesure de donner des cours.

2. Formation et perfectionnement des conseillers

La Section apicole contribue à la formation et au perfectionnement des conseillers. Elle peut s'assurer à cet effet le concours d'apiculteurs expérimentés.

La formation de base des conseillers est assurée par un cours d'une durée de 4 jours au minimum. Les participants sont convoqués à un lieu central. La SAR organise les cours d'entente avec la Section apicole. En temps voulu, les candidats subissent un test sur les connaissances théoriques et pratiques acquise. S'ils l'ont subi avec succès, ils obtiennent un certificat leur conférant le titre de conseillers en apiculture.

Les cours de perfectionnement sont obligatoires pour les conseillers. Un cours est organisé au minimum chaque année. Les conseillers qui, sans s'être valablement fait excuser, ne s'y présentent pas ou ne suivent pas les cours deux ans de suite peuvent être révoqués. Les conseillers sont indemnisés de leurs frais de participation aux cours conformément aux dispositions applicables à cet effet.

3. Tâches des conseillers en apiculture

L'activité du conseiller a pour but d'encourager et d'améliorer l'apiculture du point de vue technique et économique. Ce but est notamment atteint par les moyens suivants : formations individuelles et par groupe (minimum 6 participants), démonstrations, visites commentées, cours et conférences aux écoles (maximum 3 heures par classe, par année). Les conseillers transmettent aux participants les résultats de la recherche en apiculture.

Les conseillers doivent en règle générale exercer leur activité dans le rayon assigné durant au moins 20 heures (déplacements inclus) au cours d'un exercice. Les conseillers qui, sans raison valable, ne peuvent attester un minimum annuel d'heures, perdent le droit à l'indemnité journalière et au remboursement des frais de déplacement pour la participation aux cours de perfectionnement. Si ce fait se produit au cours de deux années qui se suivent, ils peuvent être révoqués.

4. Pour chaque consultation un relevé de comptes sur formules spéciales ; pièces qui seront adressés aux organes responsables (président de section) jusqu'au 30 septembre.

Du point de vue administratif, le conseiller est subordonné au Service de vulgarisation de la SAR, respectivement à sa section ou fédération. Ces organes lui attribuent un rayon d'activité. Les conseillers collaborent avec les comités des sections.

Indépendamment de son appartenance aux sections, le conseiller est à la disposition de tous les apiculteurs de son rayon. Il organisera son travail de manière aussi rationnelle que possible.

Du point de vue technique, le conseiller en apiculture est subordonné à la Section apicole et se conforme aux instructions établies en collaboration avec les organes apicoles. Si un conseiller viole ces instructions sciemment ou par négligence, il peut être révoqué.

La Section apicole peut inviter l'un ou l'autre conseiller à pratiquer des essais ou contrôles. Dans ces cas il n'en divulguera pas les résultats jusqu'à leur communication officielle. Les moniteurs et conférenciers peuvent être choisis parmi les conseillers et être formés dans des cours spéciaux.

Les conseillers sont donc responsables envers les organes apicoles pour les questions administratives et envers la Section apicole pour les questions techniques. Les erreurs et dommages qui pourraient résulter du travail de vulgarisation n'engagent pas la responsabilité des services précités.

Les indemnités dues aux conseillers pour leur travail sont fixées par les directives applicables à cet effet.

Depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle ordonnance fédérale sur les épizooties du 27 juillet 1995, la lutte contre la varroase relève du devoir exclusif de l'apiculteur. Celui-ci est responsable de la santé de ses abeilles et doit prendre les dispositions nécessaires.

Le Conseil fédéral a désigné les conseillers apicoles pour orienter les apiculteurs sur les méthodes de lutte, d'organiser des démonstrations par petits groupes, de les encourager à effectuer des traitements. Le travail n'incombe pas aux conseillers.

La vulgarisation est l'action de mettre ses connaissances techniques et scientifiques à la portée de non spécialistes du plus grand nombre de la population.

Le président SAR :Willy Debély / Le responsable de la vulgarisation SAR :Fernand Métrailler

Yverdon, le 28 novembre 1998

Mis à jour (Dimanche, 22 Novembre 2009 11:00)