Commission d'élevage de la Société Romande d'Apiculture

Article tiré du site internet Apiservice ( http://www.apiservices.com )

"Notre apiculture se fait avec une race d’abeille pure, comment est la CARNICA d’origine, et comment exploiter au maximum ses possibilités"

JOURNEE D’ETUDES
19, 20 et 21 novembre 1998
Lycée agricole – Les Vaseix – Route d’Angoulême - LIMOGES

Intervenant : Pr Pavlé Zdesar, Expert auprès du Ministère de l’Agriculture Slovène pour les recherches sur la Carnica, Journaliste à la revue apicole slovène " Slovenski Cebelar ", Membre de l’Office National pour la Sélection de la Carnica
Jamova 80 - SI 1000 LJUBLJANA/ SLOVENIE

Invité par la S.C. La Carniole, "Import de reines Carnica de Slovénie"
19 allée du Gros Chêne, F-63910 CHIGNAT - FRANCE

La carniolienne - la grise se retrouve essentiellement, dans les provinces autrichiennes de la Styrie et de la Carinthie, sur les territoires de la plaine Panonienne (Slovaquie, Hongrie, Roumanie) jusqu’aux sommet des Tatras, des Carpates et des Rhodopes jusqu’à l’Adriatique.

La véritable origine de la Carniolienne est l’actuelle SLOVENIE, l’ancienne province romaine CARNIOLA, ancienne duché de KRAIN,

ou aussi appelées à l’époque les provinces napoléoniennes de l’ILLYRIE. C’est pour cette raison l’expression anglo-saxonne CARNIOLAN BEE, ou allemande Krainer Biene, et en Europe Centrale KRANJICA.

C’est dans le centre de la Slovénie que se trouve le point de rencontre des quatre écotypes de la Carnica, et on y trouve les conditions idéales et naturelles de sélection.

Nos expériences nous ont mené aux conclusions suivantes :

  • la Carnica possède deux faiblesses, lesquelles peuvent être diminuées par les procédés technologiques,
  • après le 20 juillet la ponte de la carnica dépend surtout d’au moins 7 kg de nourriture en tenant compte que l’arrivage journalier doit être au moins de 200 g/jour et cela obligatoirement jusqu’au 10 septembre,
  • à ce moment les abeilles doivent avoir assez de nourriture pour la réserve hivernale (environ 16/22 kg par ruche par rapport à l’italienne qui en prend le double) qui doit être déjà fermenté et operculé et dans les conditions extrême il faut avoir 3 kg de plus,
  • au total la Carniolienne va consommer 5/9 kg tout l’hiver et le reste est destiné pour le développement printanier,
  • elle a besoin dans le corps de ruche 250 mm à 400 mm de cire en hauteur et sur 9 à 12 cadres en largeur,
  • il n’est pas recommandé de nourrir les abeilles rapidement et tardivement,
  • avec ce procédé les abeilles ont une quantité suffisante de jeunes ouvrières fortes qui feront passer un hivernage dans de bonnes conditions. (entre -5 à +5°C),
  • elle supporte aussi des températures extrêmement basses sans sortir parfois pendant 150 jours de la ruche,
  • elle hiverne avec une faible quantité d’abeilles et de toutes les races elle consomment la plus faible quantité de nourriture,
  • ceci est très important pour un démarrage rapide printanier et le résultat est toujours excellent,
  • la Carniolienne commence à pondre déjà mi-janvier, mais une colonie très faible au mois de février, mais par contre la ponte prend une très grande allure, et il demande un très faible espace dans la ruche, mais il lui faut de la chaleur,
  • au mois de mars et avril le développement est très, très rapide et la ruche est vite pleine. Quand 450 abeilles commencent à dépasser un volume de 1 dm3 cube et si les cadres sont encore pleins de miel, que le temps est beau, il y a risque d’essaimage. A partir d’une concentration de 520 abeilles/dm3 l’essaimage est inévitable,
  • le volume de quantité d’abeilles les premiers trois mois printaniers augmente de 450% (de 16/22 mille hiver à 80 mille à la St Jean).

Comment empêcher l’essaimage?

  • Nous sommes obliger d’augmenter de volume de l’habitation destiné aux abeilles dans le corps de ruche, pour que la reine ait assez de place pour pondre et qu’elle ne tombe jamais sur une barrière (cadre plein), pour cela il faut enlever les cadres pleins de miel et les remplacer par la cire pour bâtir.
  • D’autre part il est recommandé pour les régions à climat rude d’utiliser pour pouvoir agrandir la famille les cadres entre 160 /174 mm de hauteur et 9 à 12 cadres en largeur.

Il ne faut pas empêcher la colonie dans son développement, pour que les jeunes abeilles puissent travailler au maximum, afin d’avoir les familles les plus fortes.

Si toutes ces conditions sont réunies la Carnica se présente sous son meilleur jour - elle est la meilleure butineuse, et plus particulièrement sur les miellats

De plus :

  • elle possède un excellent sens de l’orientation,
  • parmi toutes les races c’est elle qui s’adapte le mieux à tous les milieux climatiques et reliefs différents,
  • elle possède une très grande capacité de vol, surtout dans les régions montagneuses,
  • les butineuses vivent de 4 à 9 jours de plus,
  • elle est très calme sur la cire et elle est bonne operculeuse,
  • elle est très résistante à la nosémose et à la diarrhée,
  • elle ne pratique pas le pillage,
  • elle consomme beaucoup moins que les autres,
  • elle peut hiverner avec une réserve à 50 % de miellat, sans maladies,
  • elle propolise peu,
  • elle butine dans des conditions météorologiques non propices,
  • elle a un sens du maintien de propreté dans la ruche,
  • elle résiste mieux aux maladies d’abeilles,
  • la ponte printanière est dépendante de la durée de la journée et de la hauteur du soleil à l’horizon, et moins dépendante que les autres races des conditions météorologiques,
  • elle hiverne avec la plus faible population, mais durant le printemps et l’été elle atteint une population identique aux autres races.

Si on compare les propriétés des abeilles expérimentées, avec la même quantité de sujet, la Carniole possède de meilleurs atouts à tous les points de vue :

  • elle est très répandue dans le monde,
  • déjà depuis 1857 jusqu’au début de la première guerre mondiale un grand nombre a été expédié dans le monde entier, seulement il faut savoir que la propriété originelle ne se retrouve vraiment qu’en Slovénie.

Conclusion

Pour bien exploiter la Carnica il faut avoir avant tout un sens et une pratique de l’observation, et l’apiculteur doit veiller à un élargissement précis et progressif du corps de la ruche (un élargissement trop rapide peut nuire à l’abeille, et un élargissement tardif et insuffisant provoque l’essaimage), l’abeille doit bâtir et les jeunes abeilles doivent être obligatoirement occupées, et butiner pour que les colonies s’adaptent sur tous les types de miellées. . L’apiculteur doit régulièrement échanger les reines, entretenir les cadres avec la cire et prendre des précautions par rapport aux maladies.

La Carnica est avant tout une abeille un peu plus exigeante que les autres races surtout en période d’essaimage, mais l’apiculteur averti et consciencieux obtiendra toujours satisfaction avec cette abeille qui lui rendra son effort.

Tiré du site internet Apiservice

Mis à jour (Dimanche, 22 Novembre 2009 11:01)